Madame Bolsecret

Un projet d'échange entre bols et secrets, à travers un personnage fictif.

LO Wen Hsin, projet d'art Madame Bolsecret, échange entre bols et secrets, bol céramique

Madame Bolsecret

Vous savez
qu'il existe
une
Madame Bolsecret.

Elle échange
ses bols
contre
des secrets.


Bol

Dans chacun
de
ses bols,
elle grave
un
secret,

et
le couvre
avec
de l'émail.


Echange

Elle vend
ses bols,

au prix
d'un
nouveau secret.


Secret

Pour
le faire,
envoie
ton secret

à
Madame Bolsecret
dans
cette enveloppe.


Se créer

Elle refera
un bol
pour
poser ton secret.

Puis
le donnera
dans
les prochaines rencontres.


/Message de
son ouvrière,
LO, Wen-Hsin

2013~2014, Esadmm, Marseille

Dans mon atelier, j'ai rencontré un monsieur: "Si vous voulez, prenez un bol, et vous le payerez avec votre secret." Il en prenait un, et il sortait son porte monnaie. J'ai redit: "Pas besoin d'argent, vous le payerez avec votre secret. Prenez cette enveloppe à la maison. Dans un moment que vous voulez, écrivez un secret et envoyez-le à Madame Bolsecret. Cela sera votre paiement." Il avait l'air assez surpris.

Je me rappelle que le bol qu'il a pris, contenait une phrase de Madame Bolsecret. Il s'agissait du nuage et de la pluie dans un souvenir de montagne. Quelques semaines après, Madame Bolsecret croyait recevoir le secret du monsieur. C'était court mais une merveille. Puisque le secret était anonyme, elle l'a gravé dans un nouveau bol, et l'a donné dans les prochaines rencontres.

Pendant deux ans, Madame Bolsecret a pu recueillir d'un ensemble de ces secrets merveilleux, et les distribuer aux gens. Par les échanges de bols, chacun gardait un bout d'esprit d'une autre personne, et ainsi, avec le temps écoulé, on pourrait apaiser ces esprits dans l'usage du bol de tous les jours.

Pour mieux comprendre
le parcours
de
Madame Bolsecret,


nous pouvons lire

son journal.

2013, Esadmm, Marseille

Le bol est comme une pensée. J'en faisais et je leur parlais. Je gravais mes idées sur ces bols, comme si c'était un journal intime. Et puis, je les dessinais: les phrases gravées se trouvaient dans le bol. Comme cela m'arrivait de penser dans les deux langues (français et chinois), je mettais une traduction en haut de la feuille.

Un jour, cela m'est arrivé d'écrire : "Si je vous donne un bol, vous me donnerez un secret?" C'est ainsi que j'ai commencé à échanger les bols contre les secrets.

A côté,
ça lui arrive de

dessiner
jours et nuits,

sa fascination
pour
le bol.

Parfois,
c'est très grand
et
avec beaucoup d'eau.

2014, Esadmm, Marseille

Les deux bandes de papier de riz étaient posées par terre. Je trempais le pinceau dans l'encre de chine, et puis dans l'eau. J'essayais de tracer avec mon corps entier, comme la taille du papier était presque plus grande que moi.

Ces traces de pinceau racontent l'envie d'être contenu, comme le début de la vie, quand on était dans le ventre de nos mamans. Puis la limite entre contenu et contenant s'évolue et s'efface, jusqu'à l'arrivée de "sans bol".

Parfois,
ses dessins sont
très gras.

Cette fois-ci,
elle cherchait à
prononcer " b o l ",

dix- sept fois.

2013, Esadmm, Marseille

La pierre était encore huilée de l'encre noire de la dernière l'impression de lithographie. J'y recouvrais une feuille de brouillon. Un "brouillon", c'est fictif, répétitif et changeant. Les gestes instantanés s'y prenaient joyeusement: graver avec le bout des doigts, appuyer avec la paume.

À la fin, la feuille se déchirait de son contact avec l'encre. Un essai est enregistré: Est-ce que tu entends cette voix qui essayait de dire "bol"?

Madame Bolsecret raconte
aussi
une histoire.

Il s'agit de

la formation

du bol
et
sa vie.

2020, exposition Héliotropes,
l'Atelier Hyph, Marseille

Madame Bolsecret recherche son origine. Pour elle, le bol est la première sculpture de l'être. Ce dernier rappelle la règle la plus simple pour sentir l'espace, un côté creux, un côté plein.

Dans ses mains, une boule de terre mouillée se réchauffe, s'enfonce, s'élargit, s'enveloppe et s'écoule. Elle se souvient fortement que c'était les femmes qui s'occupaient de ce travail. Puisque c'était elles qui donnaient naissance à leurs enfants. Et c'était elles qui par la suite, devaient compléter leur besoin de vie.

Une fois
chez son amie Sophie,

Madame Bolsecret a écrit

sa vocation.


5/29/2016, Portraits chinois,
l'Atelier De la terre à la lune,
Marseille

Chaque dessin représente un portrait d’un bol. Ils sont faits en s'inspirant du tempérament des bols. Le mot chinois apparaît sur le dessin comme un jeu de hasard. Il explique une coïncidence qui n’est, parfois, pas encore arrivée.